Attention, ce blog est en mode archive. Il n'est plus alimenté et consultable en lecture seulement. Il se peut que certaines informations ne soient plus à jour.
Si vous souhaitez continuer à me suivre, je continuerai à bloguer d'ici quelques semaines sur le blog de SEObserver.

Le masque, le porc-épic et le piano

by 512banque on 31 août 2012

Dans un mauvais remix de Madagascar (le film, pas gasy), Google a sorti son énième animal stupide noir & blanc en guise de mise à jour.

Après le panda et l’orque, le pingouin a fait son entrée. Il sera probablement suivi par un putois, un zèbre ou un lémurien. Ou un blaireau.

Derrière les déclarations du rigolo à lunettes, se cache un renversement en matière de prise en compte du backlink. Si auparavant, le webmaster était – en principe – présumé innocent et pas au courant des éléments offsites qui avaient lieu, ce n’est plus le cas. Il est à présent présumé coupable : les liens qui ont été faits vers lui sont de son fait, de son initiative.

Pour résoudre le problème du NSEO-backlinks qui a ressurgi récemment, l’ami Matt a annoncé qu’un formulaire allait sortir pour « désavouer » certains liens. Ce qui grosso modo permet de retomber sur la situation précédente. Bref, Google a sorti une update.

Notre problème, retirer les liens

Dans une vision assez hallucinante post-apocalyptique à la walking dead, on a vu depuis plusieurs mois des webmasters errer comme des âmes en peine, réclamant aux uns un accès pour retirer leurs communiqués de spam presse, sommant les autres de supprimer des liens qu’ils avaient eux-même créés…

Derrière cette attitude ridicule mais compréhensible, se pose une question essentielle : comment revenir en arrière quand on est allé trop loin ? En d’autres termes, comment retirer les liens quand on s’est fait attraper avec la main (voire le corps entier) dans le pot de confiture ?

A mon humble niveau, la question ne se posait pas : je me contentais de faire une redirection 301 du site s’étant pris les liens gras vers un nouveau domaine, et cette solution, tout aussi bancale et instable que le SEO en général, fonctionnait bien. Mais il y a certains cas où on ne peut pas se permettre de tirer un trait sur un ndd si chèrement acheté.

Toutes les équipes R&D de Delicious Cadaver et de Cultivaref réunies, chapeautées par Kévin Richard ☆himself☆ (soit au total une personne) ont donc décidé de frapper fort et d’imaginer un style de référencement unique, basé sur la 301.

Le masque

L’idée n’est de surtout pas faire pointer les liens crados en direct vers le moneysite, mais plutôt de les faire pointer vers un intermédiaire, une sorte de masque (splendide !), un tampon. Et lui, se chargera de rediriger vers le bon moneysite, en 301.

L’avantage ?

Nous nous plaçons déjà en situation de site pénalisé et nous faisons déjà une 301. Et comme, d’après mes tests (qui seront forcément contredits), la 301 ne transfère ni les anciennes, ni les nouvelles pénalités, nous gardons à l’abri notre site final.

D’autre part, dans le cas extrême où une pénalité serait transmise, il suffirait alors tout simplement de couper la 301. Plus de pénalité (en tout cas pas à travers une campagne de linking sur ce domaine particulier).

Notre autre problème, cloaker nos liens

Nous souhaitons également rester discrets sur les liens que nous créons vers notre site. Il serait un peu bête que tout le travail que vous avez fait se retrouve facilement aspiré par le premier tocard venu se servant de majestic seo ou ahrefs, non ?

Nous allons donc faire une redirection depuis www.masque.com vers www.moneysite.com mais cette redirection ne sera visible que par Google. Tous les autres (robots, humains, etc) se prendront au choix, une page d’erreur, une page « site en construction » ou plus vicieux, une redirection 301 vers le concurrent.

Ainsi, quelqu’un s’interrogeant sur votre positionnement étonnamment élevé aura beau consulter les backlinks vers votre site, il n’en trouvera qu’un seul, provenant de votre profil google plus (sacré power ce google+ !).

Attention : ça ne résoudra en rien le souci de celui qui tombe directement sur votre masque à travers une page que vous avez spammée (par exemple, pétition ou autre). Il lui suffira de tracer directement votre masque dans majestic seo ou ahrefs, ou bing, ou lycos, pour pouvoir découvrir le pot aux roses.

Neuf ou d’occase ?

Ce qui nous amène à une autre problématique : pour brouiller encore une fois les pistes, vous feriez mieux de ne pas mettre tous vos oeufs dans le même panier : si vous achetez un domaine neuf en guise de masque, alors il y a fort à parier que tous les liens qui apparaîtront seront les vôtres, donc potentiellement des endroits crousticrunch pour SEO.

Si vous récupérez un vieux domaine de type WOW ou autres, avec quelques milliers de domaines référents, alors ce sera tout de suite plus délicat de vous tracer (mais loin d’être impossible).

Le porc-épic

Le problème que nous avons avec notre masque est exactement le même problème que Stanley Ipkiss dans the Mask : si on retire le masque, on le retire en entier, et on peut donc être amené à jeter le bébé avec l’eau du bain : pour un backlink pourri, on va retirer la totalité des backlinks créés (on coupe la 301) alors que le reste peut être bon.

Il faudrait donc raisonner non pas en masque mais en masqueS : plutôt que de dire « tout mon référencement crade ou semi-crade se fait vers ce masque, que je retirerai au cas où les choses iraient mal », on va dire plutôt créer une multitude de redirections 301, et on pourra ainsi littéralement annuler les backlinks campagne par campagne.

Par exemple, je décide de bosser avec Spammeur1 et Spammeur2, et chacun font des liens vers une url que je leur aurai mise à disposition, et je me prends une pénalité. Alors je décide de couper la 301 de l’url de spammeur2. Et si rien ne change, j’inverse : je rétablis la 301 de l’url de spammeur2, et je coupe celle de spammeur1.

Dans les cas les plus extrêmes, on pourrait même carrément mettre en place un système un backlink = une 301.

Ainsi, on pourrait retirer les éléments épine par épine, comme ce chien s’étant attaqué à un porc-épic.

D’un point de vue concret, on peut imaginer carrément un raccourcisseur d’url cloaké : ainsi, msq.fr/1 pointera vers www.mattcutts.com de manière apparente, mais pointera vers www.moneysite.com *seulement pour Google*.

Certains utilisent déjà des tinyurl ou bit.ly. Je ne suis pas fan de cette solution, étant donné que je n’aime pas construire chez les autres. Il suffit que tinyurl dise « et si on changeait le code et qu’on mettait une 302 à la place d’une 301 ? » pour réduire vos efforts à néant. Très peu pour moi.

Le masque, ok, le porc-épic, ok, mais pourquoi le piano ?

En tant que spammeurs, nous essayons d’imiter la nature, le hasard. La Vie en quelque sorte.

Et vous avouerez qu’il n’y a rien de plus SURNATUREL et donc suspect que la répartition random() parfaite : l’aléatoire pur n’est pas naturel. La nature procède plutôt par crises, par buzz, par expansions très rapides et par phases de stagnation. Donc l’humain aussi. Donc pas les spammeurs. Par exemple, un contenu structuré de manière toujours identique et régulière sera louche : 300 mots + 3 liens. Ou encore scraper en mettant un sleep toujours régulier. Etc.

C’est de là que 5eg m’avait parlé, à la soirée seosphère, de l’idée de brancher les outils SEO (scraping, submit, peu importe) sur des aquariums, afin d’imiter les mouvements naturels des poissons, l’idée étant d’imiter le naturel au lieu de se contenter d’un bête random. Je lui avais à mon tour suggéré de brancher les scripts sur la météo : scraping en fonction du soleil, submit en fonction de la pluie.

Il reste une dernière solution, plus intéressante : en s’achetant un petit clavier midi tout simple, si on sait jouer du piano, on peut jouer en quelques sortes des « accords » de backlinks et de 301.

Do-mi-sol : url1, url3, url5 pointent vers la cible.

Ré-Fa(Dièze)-La : url2, url4, url6 pointent vers la cible.

Et avec une pédale de sustain, on peut prolonger certaines redirections, et en retirer d’autres.

L’idée est donc de créer un réservoir de juice, que l’on a sous contrôle (en faisant pointer plein de liens vers un masque en forme de porc-épic), et de le brancher sur un piano pour essayer de trouver la mélodie parfaite en termes de ranking.

Certains ont d’ailleurs déjà commencé…

Pour savoir comment cloaker « the right way » et comment faire sauter les 301 cloakées « the right way », rendez-vous fin novembre pour SEO High Level (formation SEO). Et avant cela, au VLC 2012 qui devrait déjà bien présenter des exemples de porc-épics, chevaux et autres animaux farfelus. Ou pas.

{ 29 comments }

Si vous avez trouvé ce blog via une liste de blogs dofollow, ne perdez pas votre temps, je refuse systématiquement tous les commentaires sauf ceux en valent réellement la peine ;)

Comments on this entry are closed.

Previous post:

Next post: