Attention, ce blog est en mode archive. Il n'est plus alimenté et consultable en lecture seulement. Il se peut que certaines informations ne soient plus à jour.
Si vous souhaitez continuer à me suivre, je continuerai à bloguer d'ici quelques semaines sur le blog de SEObserver.

Le ping, à quoi ça sert et à quoi ça ne sert pas

by 512banque on 24 janvier 2011

ping

Cet article a été rédigé suite à une discussion très riche avec Beunwa, lors du repas Seosphère. Beunwa tient une agence web à Dijon, est un peu considéré comme le développeur de référence dans le milieu BH Fr, fait 1m90+, coupe du bois le weekend et aime les steaks tartares. J’ai décidé de mettre cet article en ligne suite au très bon et très bénéfique tuto de Papilouve sur comment pinger avec Scrapebox. D’ailleurs Papilouve, si tu gagnes le seotons et ça semble bien parti, ma 301 coûte un ipad :p

Cela fait plusieurs mois que le débat sur le ping fait rage. Plusieurs affrontements, parfois sanglants et toujours violents, ont eu lieu et dans cette guerre sans pitié, on distingue différentes positions :

  • ceux sont pour, et qui disent que c’est efficace et qui ont vu une amélioration de leurs rankings suite à une utilisation du ping (on verra par la suite comment),
  • ceux qui sont contre, et qui disent que ça ne sert à rien,
  • ceux qui sont ni pour, ni contre, bien au contraire : ils considèrent qu’en fait, c’est un peu plus compliqué que ça.

Je voulais rappeler une série de points pour essayer de clore le débat.

Déjà, qu’est-ce que le ping ?

Le ping sert à envoyer un message. Comme nous le dit Wikipédia, à la base :

Ping est le nom d’une commande informatique permettant de tester l’accessibilité d’une autre machine à travers un réseau IP.

Si on veut essayer de vulgariser ça, cela revient à « envoyer un message » à quelqu’un, en attendant une réponse/réaction. Un peu comme un sonar : j’envoie mes ondes dans une direction, et s’il y a une présence dans cette zone, alors mon signal rebondira et me renverra quelque chose. Ping n’est donc pas :

  • un diminutif pour un sport de tennis de table,
  • un moteur de recherche développé par microsoft pour les allemands
  • le nom de famille de Chandler dans Friends,
  • un mot grossier pour désigner un attribut masculin,
  • le futur fail d’Apple lancé en septembre 2010,
  • une rivière thaïlandaise (la rivière ping),
  • un diplomate et homme politique gabonais (Jean Ping)

Dans le contexte du SEO, ceux que l’on va pinguer sont les moteurs de recherche, ou plutôt le moteur de recherche aka Google. Et dans ce contexte, le ping consiste à « signaler aux robots » l’existence ou la mise à jour d’une page. Je vais donc pinger Google en disant « youhou, telle page existe » ou « youhou, telle page a été mise à jour ».

Dans la réalité, je ne vais pas, moi-même, pinger le moteur de recherche. Je vais passer par des services de ping, qui vont eux se charger de réaliser ce travail.

Et très souvent, cela marche. Procédez à un ping sur une url, et analysez vos logs. Dans la minute qui suit, Google vient visiter votre page. Billyboylindien, mon infogérant, performant, efficace pour un tarif correct, me signalait également la puissance de friendfeed pour réaliser le même effet que le ping : collez une url sur friendfeed et vous verrez que Google la visite dans les 30 secondes qui suivent.

Donc le ping :

  • permet de signaler l’existence d’une page au moteur,
  • permet très souvent et quasi-systématiquement de faire en sorte que le robot visite votre page, et le délai de visite du robot va varier (cf. plus bas)
  • ne permet pas directement d’améliorer le positionnement d’un site internet ou d’une page,
  • ne permet pas systématiquement d’indexer une page : ce n’est pas parce que le robot visite votre page qu’il l’indexe, il existe d’autres éléments qui entrent en jeu pour indexer une page,
  • n’est pas obligatoire : on peut vivre, comme moi, toute sa vie très bien sans ping,
  • est inclus par défaut dans certains CMS comme WordPress : lorsque vous publiez un article, WordPress va grosso modo « pinger » votre page (…), donc l’indexer très rapidement, même si cela ne tient pas qu’au seul ping,

Ok, mais à quoi ça sert le ping ?

Souvent, on recommande de pinguer les pages sur lesquelles vous créez des backlinks : de cette manière, le robot va venir et va « voir » la page créée/mise à jour et donc le lien pointant vers vous. Donc ce lien va être pris plus rapidement en compte dans ses critères de classements, et l’effet du lien sera « immédiat ».

Mais attendez, n’existe-t-il pas un autre moyen de faire « venir » un robot sur une page ?

Si : créer un lien vers cette page ! C’est pourquoi je dis qu’on peut très bien vivre toute sa vie sans ping : certains CMS intègrent par défaut un lien vers les dernières pages créées, et donc votre page n’a plus vraiment besoin d’être pinguées. D’autres pages (commentaires) sont tellement connues (PR6-7) qu’elles sont crawlées quotidiennement voire plusieurs fois par jour : l’effet du ping est là encore peu visible par rapport à la même situation sans ping mais avec l’ajout d’un BL vers votre page sur ce type de PR6+.

A terme, l’effet du ping se dissipe : grosso modo, tous les liens que vous allez créer seront pris en compte par Google, tôt ou tard. Donc l’apport principal du ping réside uniquement dans la vitesse de prise en compte des backlinks créés, c’est tout. J’ai constaté pour ma part un impact du ping sur les urls variant entre 1h et 48h. J’ai créé des BL pour un client qui était top 3 sur ses mots clés, en pingant systématiquement. 1h plus tard il était 2ème 48h plus tard il était 1er. Sans ping, ça aurait peut-être pris 2 ou 3 jours de plus.

Idem pour un autre client : bl commentaire créé + ping = en 4 jours le site est repassé 2ème (contre 6ème précédemment). D’ailleurs je sais qu’il y a des concurrents qui visitent le blog, salut les gars :)

Le ping, c’est comme l’homéopathie. Ca dépend des personnes

Pendant longtemps j’ai considéré le ping comme un effet placebo ou comme une pensée magique. Dans les faits, on peut donc très bien vivre sans mais on se sent toujours mieux quand on voit l’impact immédiat.

Il y a aussi un autre constat : en fonction des sites, le bot met plus ou moins de temps à rappliquer. On constate en effet des pings qui déclenchent une venue du bot au bout de 10 secondes, et pour d’autres, ce sera au bout de plusieurs minutes (voire heures !).

La théorie de Beunwa là-dessus, est qu’il doit exister une énorme file d’attente de sites à visiter. Googlebot doit ainsi prioriser ses visites en fonction du trust de l’hôte en question : si je pinge une page sur whitehouse.gov, il rappliquera dans la demi seconde. Mais si je pinge un domaine russe blacklisté et bourré de malwares… Ca risque d’être un peu plus long 😀 .

Pour ma part, j’ai décidé de pinger, si j’ai le temps, les backlinks que je crée, histoire qu’ils soient plus rapidement pris en compte.

J’ai un bookmarklet pour ça : ajoutez le lien ci-dessous dans votre toolbar firefox et cliquez dessus pour pinger la page en cours.

PING IT !

A noter, il existe un thread à l’heure actuelle sur le forum privé black hattitude qui parle de ping et d’utilisations alternatives… Je suis cela de loin :)

J’aimerais bien connaître votre avis sur la question.

Au fait, puisqu’on parle de spam commentaire, dans quelques jours je compte lancer un petit outil pour faciliter et améliorer cette pratique. Maxime et Chiliconseo l’ont testé, ils en sont ravis. Je vous en dis plus d’ici la fin de la semaine 😉 Dans tous les cas, pour ne pas louper le tarif promotionnel, inscrivez-vous vite à la newsletter sinon ça vous passera sous le nez.

Sinon, pas de vidéo de review cette fois-ci, c’est les vacances :)

{ 33 comments }

Si vous avez trouvé ce blog via une liste de blogs dofollow, ne perdez pas votre temps, je refuse systématiquement tous les commentaires sauf ceux en valent réellement la peine ;)

Comments on this entry are closed.

Previous post:

Next post: